Aristote et Dante découvrent les Secrets de l’Univers

Aristote et Dante découvrent les Secrets de l’Univers
Benjamin Alire Saenz
Éditions Pocket Jeunesse (Juin 2015), présente édition (poche collector) mai 2019
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Hélène Zylberait

Nombre de page : 410 / Temps de lecture : quelques jours

Résumé

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont à priori rien en commun. Ils nouent pourtant une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’Univers.

La couverture

Elle est très réussie, d’autant plus que la collection collector est toute en reliefs, les lettres brillantes, les motifs très jolis. J’aime beaucoup cette couverture qui a un coté très graphique ! (Sur la photo, les écritures semblent rouges, mais elles sont dorées d’une matière brillante et réfléchissante !)

La mise en page

Elle est très chouette, les chapitres sont courts, et donc condensés, alors on se concentre sur « le peu » qui nous est présenté. Je dis « le peu » parce que cette histoire nous offre un condensé de sentiments parfois contradictoires, parfois refoulés, parfois incontrôlés, ce qui n’est pas « peu ». Mais les phrases sont courtes, elles vont à l’essentiel et nous offrent un rythme de lecture rapide mais extrêmement fluide et agréable.

– Ce n’est pas parce qu’on parle qu’on est sincère.

p.15

L’histoire

Je ne savais pas du tout à qui m’attendre quant à l’histoire en elle-même, je savais que le thème abordé traitait des relations, l’amitié, peut-être l’amour, mais je n’étais pas sûre… Le prénom des deux garçons est génial. J’ai adoré ces deux personnalités hors du commun. Ari aurait pu, si l’auteur était rentré dans les clichés, passer pour un bad boy typique, mais par un exploit qui m’échappe, il a réussi à le distinguer des clichés. À aucun moment j’ai levé les yeux face à ses actions. J’ai adoré Ari, toutes ses facettes, sa recherche d’identité, ses questionnements… qui deviennent presque les nôtres, jusqu’à nous faire larmoyer parfois lors de révélations.

Les personnages

ont géniaux. J’ai adoré Ari et Dante. J’ai adoré la mère d’Ari, la mère de Dante, le père d’Ari. J’ai moins bien réussi à cerner le père de Dante. Avoir une relation aussi proche avec les parents des personnages est rare et j’ai adoré !

Le comportement d’Ari est crédible, celui de Dante aussi et j’ai adoré suivre leur évolution à chacun, surtout Dante. Leurs réactions sont croustillantes (je ne sais pas pourquoi j’ai envie de dire ça) et imprévisibles, autant pour l’un que l’autre.

Je me suis mis à trembler. Je savais que j’avais perdu la tête, mais je ne pouvais pas me l’expliquer. Peut-être que c’est ce qui se passe lorsque l’on devient fou. On ne peut pas se l’expliquer. Le pire, c’est qu’une fois qu’on recouvre la raison, on ne sait plus quoi penser de soi.

p.375

Pour résumer

Ce livre est très agréable et fluide par son écriture et j’ai passé un très bon moment de lecture ! Je l’ai dévoré en l’espace de quelques jours seulement. Cependant, j’ai une petite déception concernant la fin, concernant les deux dernières pages.

Cependant, ça ne veut pas dire que je n’ai pas aimé l’histoire !! J’ai trouvé ce livre très chouette et je vous le recommande.

Ma note : 13/20

Vous l’avez lu ? Qu’en avez-vous pensé ?? Dites-moi tout ☺ Pour ceux qui l’ont lu, j’en parle un peu plus bas concernant cette toute fin que je n’ai pas aimée.

Feu en vous,

Souffleuse de mots ♥

/!\ SPOILER /!\

Cette fin est un peu facile. Dans le sens où selon moi, Ari « accepte » assez facilement son amour pour Dante.
J’ai certes adoré ce moment où Dante a voulu l’embrasser, qu’il résistait, puis qu’il s’est finalement levé et s’est laissé embrasser par lui.
J’ai certes jubilé pendant ce moment où Ari ordonnait à Dante de l’embrasser, à la toute fin, et que Dante a refusé dans un sourire en lui ordonnant de l’embrasser lui. Mais juste après, cette scène s’est terminée trop vite, selon moi, on a ensuite l’image d’eux qui rient et passent du bon temps ensemble, mais j’avais envie de ressentir les états d’âme d’Ari, qu’il se pose des questions, qu’il… je ne sais pas, qu’il n’y croit pas réellement, ou…

Et puis cette dernière phrase est trop simple, elle naît trop facilement dans sa tête : « Comment ai-je pu avoir honte d’aimer Dante Quintana ?« . Je ne l’aime pas, cette phrase.

Dans ce livre, j’ai aimé la thématique autour de l’homosexualité et l’homophobie. Je ne m’attendais pas à voir ce combat dans cette histoire et je l’ai trouvé très bien mené.

N’hésitez-pas à me dire ce que vous en avez pensé !!

Feu en vous,

Souffleuse de mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close