La vie secrète des écrivains

La vie secrète de écrivains
Par Guillaume Musso
Aux éditions Calmann Lévi, avril 2019

Nombre de pages : 344

Résumé :

En 1999, après avoir publié trois romans devenus cultes, le célèbre écrivain Nathan Fawles annonce qu’il arrête d’écrire et se retire à Beaumont, une île sauvage et sublime au large des côtes de la Méditerranée.

Automne 2018, Fawles n’a plus donné une seule interview depuis vingt ans. Alors que ses romans continuent de captiver les lecteurs, Mathilde Monney, une jeune journaliste suisse, débarque sur l’île, bien décidée à percer son secret.

Le même jour, un corps de femme est découvert sur une plage et l’île est bouclée par les autorités. Commence alors entre Mathilde et Nathan un dangereux face à face, où se heurtent vérités occultés et mensonges assumés, où se frôlent l’amour et la peur…

Mon avis :

La vie secrète des écrivains est mon premier Musso. Même si je connais cet auteur depuis des années, ses livres ne m’avaient jamais vraiment interpellée… Mais à la sortie de celui-ci, la question ne s’est même pas posée.

La vie secrète des écrivains, c’est une histoire de meurtres, de Bara No Niwa, de machine à écrire, de triporteur, de librairie, du travail de journaliste, de bateau, de maison au bord de la falaise, d’une île bloquée et coupée du monde extérieur, de 4L vert canard et de mini moke, de maillot de bain, de bars et de flics…

La vie secrète des écrivains, c’est avant tout un livre sur l’inspiration, sur les enquêtes et les histoires de meurtres, sur les secrets et les doubles-jeu, sur la peur, sur le courage, sur l’amitié, c’est un livre de réflexions sur la condition d’écrivain.

L’écriture structure ta vie et tes idées, elle finit souvent par mettre de l’ordre dans le chaos de l’existence.

Nathan Fawles
p.197

Pour celles et ceux qui aiment écrire, qui se posent des questions sur les conditions d’écrivains, celles d’éditeurs, celles des journalistes, je trouve ce livre très intéressant concernant ces questions. De plus, j’ai vraiment aimé toute les réflexions autour des livres, la « vraie » littérature (question que je ne m’étais jamais posée…), sur le travail de journalisme, les infos en ligne et en masse…

Le scénario de cette enquête est recherché et complexe, et à aucun moment on se doute de ce qui va advenir à la toute fin ! C’est pour moi le point fort du livre : ce suspense !! Les personnages sont attachants, crédibles, j’ai aimé suivre leurs état d’âmes crédibles et leurs questionnements…

Ma note : 13/20

La suite de la chronique est dédiée à celles et ceux qui ont déjà lu l’histoire ou qui n’ont pas peur du spoil !

Feu en vous,

Souffleuse de mots

Je vous fais également parvenir quelques autres chroniques sur ce livre qui ont attiré mon attention : celle de EmOtionS (« Guillaume Musso s’amuse », je suis tout à fait d’accord avec toi !!), celle de Sangpages (ce n’est pas la première fois que j’entends une comparaison à Joël Dicker !! Mais je ne l’ai pas lu, alors tout ceci m’intrigue…) et enfin la chronique de Sonia Boulimique des livres (Décidément, il faut vraiment que je m’attarde sur La vérité sur l’affaire Harry Québert…)

« Prologue
Le mystère Nathan Fawles

Absent de la scène littéraire depuis près de vingt ans, l’auteur du mythique Loreleï Strange continue de susciter une véritable fascination chez les lecteurs de tout âge. Retiré sur une île de la Méditerranée, l’écriain refuse obstinément toute sollicitation médiatique. Enquête sur le reclus de l’île Beamont.

On appelle cela l’effet Streisand : plus vous chercher à cacher quelque chose, plus vous attirez la curiosité sur ce que vous souhaitez dissimuler. Depuis son retrait soudain du monde des lettres à l’âge de trente-cinq ans, Nathan Fawles est victime de ce mécanisme pervers. Nimbée d’une aura de mystère, la vie de l’écrivain franco-américain a suscité tout au long de ce deux décennies son lot de ragots et de rumeurs.
Né à New York en 1964 d’un père américain et d’une mère française, Fawles passe son enfance dans la région parisienne, mais retourne aux États-Unis pour terminer ses études, d’abord à la Phillips Academy, puis à l’université Yale. Diplômé en droit et en sciences politiques, il s’investit ensuite dans l’humanitaire, travaille quelques années sur le terrain pour Action contre la faim et Médecins sans frontières, notamment au Salvador, en Arménie et au Kurdistan.

L’écrivain à succès
Nathan Fawles revient à New York en 1993 et publie son premier roman, Loreleï Strange, parcours initiatique d’une adolescente internée dans un hôpital psychiatrique. Le succès n’est pas immédiat, mais en quelques mois, le bouche à oreille – notamment chez les jeunes lecteurs – porte le roman en tête des ventes. Deux ans plus tard, avec son deuxième ouvrage, Une petite ville américaine, vaste roman choral de près de mille page, Fawles rafle le prix Publitzer et s’impose comme l’une des voix les plus originales des lettres américaines. […]
Sept mois plus tard, âgé d’à peine trente-cinq ans, Fawles annonce en effet dans un entretient décapant avec l’AFP sa décision irrévocable d’arrêter d’écrire. »

La vie secrète des écrivains, Guillaume Musso
Éditions Calman Lévi (p. 15-17)

Les personnages :

Globalement, ces personnages sont intéressants. Je les ai trouvés complets et précis et j’ai beaucoup apprécié la qualité des rapports qu’ils entretenaient entre eux ; la relation entre Raphaël et Nathan, celle entre Mathilde et Nathan…

Mais pourquoi Raphaël est-il mort ?? Et si soudainement ? Est-ce que Nathan l’a su ? Et son livre, celui corrigé par Fawles, a-t-il été publié ?? J’aurais aimé trouver réponse à ces question-là.

J’ai aimé la détermination de Mathilde, son courage, même si elle m’a parfois exaspérée. J’ai aussi aimé le caractère de Raphaël, curieux, déterminé, lui-aussi, intelligent. Nathan, quant à lui, est très direct, mais il y a quelque chose qui le rend chaleureux à la fois… Tous les trois sont attachants.

Le scénario :

J’avoue avoir été perdue lors de l’explication de Fawles, les guerres, etc. Il y avait beaucoup de personnages, de situations qui s’enchaînaient, mais étrangement, le récit de l’écrivain parvenait à être très clair ! La seule question que je me suis posée : pourquoi Mathilde ne réagit-elle pas quand elle se rend compte que ce qu’a écrit l’écrivain est faux ? Elle insiste pourtant sur l’importance de ce rapport… Pourtant elle ne s’énerve pas. J’ai trouvé cette réaction un peu surprenante de sa part.

J’avoue également avoir été perdue dans ces mises en abîme : Guillaume Musso écrit un livre dans lequel son personnage écrit le livre en question, cependant l’épilogue nous présente un autre homme, qui semble être l’auteur des livres de Raphaël… et que l’on apparente à Guillaume Musso. Je me suis perdue dans tous ces auteurs…

À la fin du livre, j’ai été bluffée par cette dernière scène avec le père de Mathilde enfermé dans le hangar à bateau. J’ai adoré cette apparition presque surnaturelle, cet être affreux et inhumain réduit à un monstre.

N’hésitez pas à me faire parvenir vos commentaires sur ce livre ou vos réactions quant à ce que j’ai écrit !!

Feu en vous,

Souffleuse de mots

1 réflexion sur « La vie secrète des écrivains »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close