La Voleuse de livres

La voleuse de livres
Markus Zusak
Aux éditions Pocket Jeunesse, 2007 (VO : 2005)
Traduit de l’anglais par Marie-France Girod
Thèmes : Guerre, mort, juifs, livres

Nombre de pages : 630 / Temps de lecture : 12 jours

Résumé

C’est la mort elle-même qui raconte cette histoire. Dotée d’un humour noir, sarcastique, mais compatissant, elle est témoin de la folie des hommes. Tout semble perdu d’avance, sauf quand se distinguent des enfants rebelles et des Allemands qui n’obéissent pas aux règles…

Mon avis

La mort comme narratrice ? C’est très original. C’est aussi très risqué de la part de l’auteur… Mais dans ce livre, c’est réussi. Tout au long du livre, il n’y a pas eu un seul instant pendant lequel j’ai oublié que la mort racontait, et non le personnage principal : Liesel Meminger.

Liesel Meminger est une petite fille qui a du plomb dans les artères. Elle est courageuse et déterminée, même si parfois les sentiments semblent prendre le dessus. Mais on ne peut pas lui en vouloir, après tout ce qu’elle a enduré…

Elle arrive dans une famille d’accueil qui, au premier abord, paraît inquiétante. Mais très vite, ils deviennent « papa » et « maman ». Les moments passés en compagnie de ces trois personnages ont été très agréables. L’ambiance de la cuisine s’invitait presque dans ma propre chambre…

Pendant tout le long du livre, la mort ne nus épargne pas en nous spoilant directement sur l’avenir de ces personnages. Je veux dire… Certes, la mort vient tous nous prendre un jour où l’autre… mais ici, l’auteur nous a torturé avec le destin tragique de ses personnages, du début à la fin, en nous montrant toutes leurs vertus et en faisant en sorte que nous les apprécions, comme « vous voyez ? Vous voyez comme il est aimant, comme il est sage te intelligent, il est digne de recevoir votre amour. Aimez-le ! Mais au fait, je ne vous ai pas dit, il meurt à la fin. »

Après tout, c’est la mort. Et comme elle le dit si bien pour débuter son récit :

Un détail :

Vous allez mourir.

La mort
p.09

J’ai adoré le personnage de Rudy. J’en suis tombée amoureuse (jusqu’à ce que je vois sa petite tête dans la bande-annonce de l’adaptation cinématographique, qui est malgré tout assez fidèle…) Je l’ai adoré du début à la fin, ses répliques, sa façon de penser, ses actes… Je l’ai trouvé singulièrement courageux et déterminé… et même s’il avortait parfois ses actes, il lançait à Liesel un : « Dis-moi ce que j’attends. » Il est bien conscient de ce qu’il fait, il se remet en question sans cesse et j’ai trouvé tout ceci très réaliste.

Le personnage de Hans est aussi très réussi. On perçoit l’amour qu’il y a entre Liesel, Rosa et lui. Hans est un homme bon, ce qui le mettra parfois dans le pétrin…

Tous les autres personnages sont importants à mes yeux, de ceux qui sont insupportables à ceux qui sont transparents. Ils ont tous un rôle important à jouer, même si leur destin est vain. En bref, tous ces personnages sont bien réalistes.

Le livre est divisé en dix parties, racontant chacune l’histoire du vol d’un livre. Liesel est maligne. J’ai aimé ce rapport à la lecture et aux mots dans cette histoire, la passion dévorante de Liesel est bien perceptible…

J’ai trouvé cette lecture passionnante. Je n’ai pas l’habitude de lire des livres sur la seconde guerre mondiale et celui-ci a été très intéressant. J’ai pu voir d’autres aspects que ceux que je me fais de la guerre… Car pour moi, la guerre, c’est les tranchées. Sauf que non, il n’y a pas eu que ça. Comme je le disais donc, ce livre est passionnant. Il est très complet ; Markus Zusak s’est basé sur les souvenirs de guerre de sa famille…

« D’abord les couleurs.
Ensuite, les humains.
C’est comme ça que j’essaie de voir les choses, d’habitude.
Ou que j’essaie, du moins.

Un détail :
Vous allez mourir

En toute bonne foi, j’essaie d’aborder le sujet avec entrain, même si la plupart des gens ont du mal à me croire, malgré les protestations. Faites-moi confiance. Je peux vraiment être enjouée. Je peux être aimable. Affable. Agréable. Et nous n’en sommes qu’aux « A ». Mais ne me demandez pas d’être gentille. La gentillesse n’a rien à voir avec moi.

Réaction au détail ci-dessous :
Ça vous inquiète ?
Surtout, n’ayez crainte.
Je suis quelqu’un de correct.

Une présentation s’impose.
Un début.
J’allais manquer à tous mes devoirs. »

Dans ce livre, il y a un accordéon, des forêts, des juifs et des nazis, des sous-sols, des livres, beaucoup de livres, et des vols. Mais il y a aussi l’amour, l’amitié, la solidarité entre les hommes, mais aussi l’humiliation, oui. À un certain moment, j’ai levé la tête et me suis demandé si c’était vraiment arrivé, si c’était possible. Autre fait : désormais, je peux m’adresser à un allemand. Mais il faudrait que je n’ai qu’à le traiter de tous les noms pour ça… Car ce livre ne m’a apprise que des injures… !

Heil, Hitler.

Ah, j’allais oublier, ce livre parle aussi de la mort.

Vous l’avez lu ? Si non, il vous donne envie ?

Ma note : 16.5/20

Les points forts : L’originalité de la narration : la mort et les petits détails de mise en page // Les personnages // Le réalisme de l’écriture
Les points faibles : S’étire parfois en longueur, ce qui peut effrayer la lecture

Je vous mets en lien avec l’article de Sophie Nirveli sur ce même livre, que j’ai trouvé tout aussi intéressant, ainsi que l’article de WhatJuneReads.

Feu en vous,

Souffleuse de mots

(Suivent ci-dessous quelques remarques pour ceux qui ont lu l’histoire)

Je veux dire…

Pourquoi confronter Liesel à tous ses proches morts ?! Pourquoi, dans un premier temps, s’attarder sur leur cadavre sous le point de vue de la mort, PUIS sous l’œil de Liesel ? Oui, j’ai pleuré, c’était inévitable, je veux dire… les personnages sont attachants terriblement et on a leur vie en détail et leur bonheur et leur malheur on les aime et là ils meurent tous dans un éclatement tellement injuste et monstrueux et on ne peut que pleurer… Pourtant, je ne crois pas avoir la larme facile.

Et on en parle, de la frustration de ce foutu baiser entre Liesel et Rudy ? POURQUOI ATTENDRE QU’IL SOIT MORT ?

Je veux dire…

Sacré Saumensch.

3 réflexions sur « La Voleuse de livres »

  1. whatjunereads 02/08/2019 — 12:45

    Merci beaucoup pour le partage !
    J’ai adoré ton article, très complet et structuré. Je me suis retrouvée dans tes propos 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Souffleuse de mots 02/08/2019 — 22:31

      Pas de soucis !! J’essaie de faire quelques partage de temps en temps 😉 Je suis contente que tu sois retrouvé dans mes propos dans ce cas ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai aussi été SUPER frustrée qu’elle ait attendu trop longtemps pour l’embrasser 😥 et j’ai aussi pleuré …

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close