[Lecture] Olangar, fantasy où les méchants aussi ont une vie

Olangar, Tome 1 : Bans et barricades

Clément Bouhélier

Aux éditions Critic (août 2018)

Genre : Fantasy

Thèmes : politique, combats, trafics

446 pages

Résumé

Dix-sept ans ont passé depuis la bataille d’Oqananga, où la coalition entre les elfes et les hommes a repoussé les orcs par-delà les frontières.

À l’approche des élections, Olangar est une capitale sous tension, véritable poudrière où seule manque l’étincelle. Tandis que les trois candidats noircissent les journaux de leur promesses, les ouvriers s’épuisent dans les usines, les accidents se multiplient sur les chantiers navals et la confrérie des nains menace d’engager un mouvement de grève d’une ampleur sans précédent. Leur meneur, Baldek Istömin, ira jusqu’au bout.

Au même moment, Evyna d’Enguerrand, fille d’un ancien seigneur de guerre, débarque en ville pour chercher la vérité sur la mort de son frère, assassiné au Grand Mur dans d’étranges circonstances. Pour l’aider, elle fait sortir de prison Torgend Aersellson, un elfe banni par les siens et vieil ami de son père. Ensemble, et avec l’aide de Baldek, ils se lancent dans une enquête acharnée qui les mènera des bas-fond de la cité aux confins des royaumes, là où l’ombre des orcs menace encore…

Olangar, Bans et barricades
Clément Bouhélier
éditions Critic (2018)

Clément Bouhélier, auteur français, a d’abord publié une saga intitulée Chaos, en 2016, et des thrillers fantastiques avant de se lancer dans l’écriture d’Olangar, qui comptera deux tomes, publiés aux éditions Critic.

Dans Olangar, on suit les aventures d’une jeune fille meurtrie par la mort de son frère et assoiffée de vérité et de vengeance, d’un elfe poursuivi par ses démons, d’un nain déterminé et porté par la justice, et de beaucoup d’autres !!

Si vous avez des problèmes à retenir les prénoms et que vous vous mélangez souvent les pinceaux entre les personnages d’une histoire, il vous faudra vous concentrer pour ceux-ci. Cet aspect du livre constitue probablement l’un de ses points forts : les personnages.

Les personnages

Je veux dire… Dans Olangar, il y a les héros, leur passé et leur présent, leur possible futur. Et puis il y a aussi les méchants, leur passé, leur présent et leur possible futur. Et c’est très agréable de lire un livre dans lequel il n’y a pas un seul point de vue sur les héros, mais aussi sur tous les petits pions autour. Et ce qui est intéressant, c’est que chaque personnage a son histoire et aucun n’est bâclé ou placé là pour vivre seulement le temps de son rôle dans l’histoire. J’ai aimé passer d’un point de vue à un autre, de voir les personnages (secondaires, même très très secondaires !) vivre et évoluer de leur côté.

En bref, ce que j’ai aimé dans ce livre : il n’y a pas de personnage bête. Chacun d’eux a une raison d’être là, une raison d’agir comme ça. Ils sont crédibles, quoi !

Le scénario

Ok donc là, je ne sais pas comment l’auteur a fait. Je ceux dire… son scénario est extrêmement bien ficelé et il passe agilement d’un personnage à un autre, chaque chapitre a raison d’être là et rien n’est laissé au hasard… J’ai eu quelques fois du mal à suivre toutes les intrigues et les liens à faire entre les événements, mais ça ajoutait à la lecture.

Voilààà je ne me suis clairement pas ennuyée, en fait.

Le seul petit commentaire que je pourrais faire et que j’ai eu du mal à m’immerger dans l’histoire, dans le sens où il m’a manqué ce côté addictif, cette envie de dingue de savoir la suite.

Le présent ou le passé ?

Petit point fâcheux que j’ai rencontré dans ma lecture : le temps de narration. Ici au passé, ici au présent… Je suis passée à côté de cette subtilité et je n’ai pas compris l’enjeu de ces changements de temps…

En breeeeeeef

J’ai beaucoup apprécié ma lecture par sa complexité et son originalité. L’histoire est basée sur le caractère politique de leur monde, et pas sur leurs pouvoirs ou particularités (c’est quand même de la fantasy) et ce regard est, je trouve, innovant.

Ma note : 15/20

J’ai hâte de lire la suite !! Vous l’avez lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Et si non, vous fait-il envie ? ♥

Je vous embrasse,

Souffleuse de mots

La fille était plutôt belle. Toutefois, elle cherchait à le masquer. C’était du moins l’avis de Gontran Couderc. Assis en face d’elle dans ce compartiment de quatrième classe dont les parois métalliques grinçaient à chaque virage et où les voyageurs s’entassaient les uns contre les autres sur des bancs en bois, il avait tout loisir de l’observer.

Elle était vêtue comme une fille de ferme. Presque comme une fille de ferme. Elle portait une chemise blanche à manches longues et un chapeau marron à bord large : deux attributs typiques du Sud qui permettaient aux femmes de s’occuper de la terre sans craindre les coups de soleil. C’était son pantalon qui la trahissait. Il n’était pas taillé dans de la grosse toile, mais dans un tissu plus fin qui soulignait agréablement ses jambes. Pas vraiment l’habit de quelqu’un qui travaillait aux champs.

Beaucoup trop cher pour une bouseuse.

Olangar, Bans et barricades
Clément Bouhélier
Critic, 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close