Et pourquoi pas une dystopie en 2115 ? Babel, par ABK

Une petite musique, pour l’ambiance…

Babel, Tome 1

Par Aude Blin Kernivinen (ABK)

Aux éditions Agence Sélène, 2018

Nombre de pages : 360

Genre(s)/thèmes : Science-fiction, young adult / Dystopie, argent, amour, amitié, survie, capacité surhumaines

Résumé

Babel, dernier bastion de l’humanité, est une cité protégée du monde extérieur par une barrière climatique, où les plus riches s’approprient toutes les ressources et où les plus pauvres sont condamnés à le rester.

Blue, Mylo, Kolin et Alec, orphelins de la zone six – une des zones les plus défavorisées de Babel –, sont des étoiles montantes du Light Game, un jeu de combat spectaculaire où se mêlent illusion et réalité, un jeu qui peut les rendre célèbres…

Alors que leur équipe vient de se qualifier pour le plus grand tournoi de Light Game, ils se retrouvent piégés au coeur d’une conspiration qui les dépasse. Et la ville tout entière devient bientôt l’arène où ils devront survivre.

Ballottés sur l’échiquier des puissants, ils ne peuvent compter que sur leur amitié. mais celle-ci résistera-t-elle aux amours naissants, aux secrets et aux trahisons ?

Babel
ABK
Éditions Agence Sélène

À propos de l’auteure/du livre

Babel est le premier livre d’ABK. Achevé en 2014, son aventure commence en 2018 avec l’Agence Sélène. La présente édition date d’Août 2019, que je trouve absolument superbe… livre que j’ai reçu dans la box Mille et un livre box. Je salue l’auteure, qui a su passer au-dessus de sa dysorthographie pour sa passion d’écrire… ♥

Je tiens à insister sur le travail d’édition réalisée par l’Agence Sélène sur ce bouquin, qui contribue largement à mon appréciation générale du livre. Il est vraiment de bonne qualité et la couverture est magnifique, réalisée par l’auteur elle-même. Quant aux illustrations de fin, je ne suis pas particulièrement fan du coup de crayon, mais elles sont vraiment uniques et font partie intégrante de l’univers, ce que j’apprécie particulièrement. Mille bravo pour cette très belle édition !!

Je pensais diviser mon avis en deux (un neutre, et un moins neutre…), mais après tout, je me suis engagée à créer ce blog pour présenter mon avis. Je vous rappelle ainsi que chaque lecture est différemment vécue d’un individu à un autre et que, bien qu’il ne m’ait pas totalement conquise, Babel plaira à bien d’autres et pourrait très bien être votre prochain coup de coeur.

Si l’auteure passe également par là, je l’invite à continuer dans sa lancée et de ne rien lâcher !! ♥ Et je m’excuse d’avance pour cet avis qui pourrait paraître un peu un peu violent.

J’ai beaucoup de choses à dire…

Pour présenter brièvement, Babel nous raconte l’histoire de quatre jeunes gens qui ont la vingtaine. Ils sont joueurs de Light Game. Ce tournoi se déroule dans le dernier bastion de l’humanité, semble-t-il, qui se nomme Babel (et je ne peux m’empêcher de penser à cet épisode biblique : Babel, la ville construite après le Déluge et qui constitua une fracture au sein du peuple, à cause d’une impossibilité de communication due à l’apprentissage de différentes langues), avec des « zones » riches et pauvres, et un « coeur blanc » qui privatise les richesses et vit dans l’opulence.

Jusque là, tout va bien (ou presque).

Pour exercer le Light Game, les joueurs possèdent ce qu’ils appellent des programmes, créés par des codeurs et qui fonctionnent à l’Hololight (qui correspond à l’énergie de Babel, mais qui se montre légèrement dangereuse quand même…), et j’ai aimé cet aspect du livre qui, je trouve, fait son originalité et preuve de création. Le Light Game, si j’essaie d’en parler un peu, consiste en de nombreux duels par équipe, mais dont les capacités des joueurs sont à peu prêts à égalité. Tout le spectacle réside en leur programmes, qui contiennent des parades aux allures artistiques.

Cependant, certains programmes sont plus puissants que d’autres… Je n’en dis pas plus.

Les points négatifs

Le premier chapitre : pour moi, il n’est pas du tout représentatif du livre dans sa globalité. Il m’a même freinée dans ma lecture (je n’avais eu le temps que de lire le premier chapitre) et j’ai mis plusieurs jours pour me décider à me remettre dedans. Ce premier chapitre est, pour moi, sans profondeur. C’est pourtant la première fois qu’on rencontre les personnages, mais ils m’ont apparu un tantinet agaçants…

Le rythme : Selon moi, c’est le point noir du livre : la première moitié (en dehors du premier chapitre) est addictive et je ne faisait qu’y penser, je voulais retourner dans l’histoire, voir la suite, c’était vraiment prenant. Mais à partir de la deuxième moitié du livre, les révélation et actions pleuvent sans que je n’ai pu les assimiler, tout simplement parce que je ne comprenais pas la base de l’univers de Babel. Je ne parvenais pas à saisir l’enjeu et l’importance de ce qui se passait… et c’était très frustrant, car j’avais envie de m’immerger dans l’histoire, dans l’univers, mais je n’y parvenais pas.

Les personnages : Pendant une bonne partie du livre, je n’étais pas attachée à eux. Pire encore, vers la fin, je me moquais de ce qui pouvait leur arriver… Pourtant, dès le début, j’ai eu un coup de coeur pour Kolin et son caractère ; Mylo commençait aussi à gagner mon affection, mais tout est retombé quand j’ai perdu le fil du temps et des actions lors de cette deuxième moitié. Je me suis sentie ensevelie sous les moment clés que je saisissais pas et qui me glissaient littéralement dessus. Vers la toute fin, je lisais pour finir le livre seulement, j’étais agacée de ne pas comprendre ce qui se passait réellement et où était le véritable enjeu de tout ça.

L’enjeu principal : En refermant le livre, j’ai levé la tête et me suis demandée : mais dans cette histoire, quel est l’enjeu réel ? Les programmes sont survolés et nous n’avons pas grande explication dessus ; l’univers de Babel est survolé et nous ne savons même pas, hors des joueurs de Light Game, qui sont les Babéliens, de quoi ils vivent et ce qui fait leur particularité ; ou encore comment est faite la cité de Babel. Il n’y a quasiment aucune description de la cité. Je me doute que l’enjeu principal constituait à survivre dans Babel, mais d’où venait précisément le danger ? de l’extérieur ? de ce mystérieux Storm ? des programmes ? du Coeur Blanc ? mais d’ailleurs, qui étaient les différents camps et que cherchaient-ils à faire ? exploser Babel ?

J’ai refermé le livre avec beaucoup trop de questions frustrantes pour l’avoir apprécier vraiment. Cependant…

Les points positifs

L’humour : J’ai ri, genre vraiment. Il y avait certaines répliques des personnages qui m’ont fait beaucoup rire. J’ai aimé cette répartie qu’ont eu certains personnages à certains moment, et je me suis fait plusieurs fois la réflexion que, malgré quelques fois une écriture un peu simple et trop fluide, l’humour était souvent présent et arrivait à son but.

Les extraits/citations entre chaque chapitre : J’ai trouvé cette idée très sympa que de placer entre chaque chapitre un élément qui fait partie intégrante de l’univers (un extrait de journal, un discours prononcé par le gouvernement, un communiqué officiel…) et qui apprenait sur le lecteur quant au fonctionnement du monde. Très chouette !

Des idées très originales : J’ai aimé l’idée des programmes créés par des codeurs, l’idée du Light Game (ce que j’en ai compris) avec cet enjeu axé sur le spectacle à la Hunger Game, mais ici dû à des effets artistiques. Dommage qu’on n’en ai pas plus vu…

Des réflexions sur le pouvoir, la richesse… : Ce livre propose, à certains moment, une réflexion qui m’a interpellée (dans le bon sens) sur la richesse et l’importance d’avoir de l’argent, par rapport au bonheur, etc. J’ai été agréablement surprise de retrouver ça.

Une fluidité dans les dialogues : À certains moment, j’ai trouvé la lecture des dialogues très agréable : les mots étaient justes et les personnages ne « parlaient pas pour ne rien dire », le dialogue était construit et recherché et c’était très agréable !

En bref, une lecture qui m’a laissée sur ma faim

C’est le premier livre de l’auteure, donc je considère qu’il faut y apporter une certaine indulgence. Il ne peut pas être parfait ! ☺ Et pour moi, ce premier tome reste un bon livre. L’idée originale est bonne, même si l’exploitation est trop légère à mon goût, et le scénario présenté au lecteur est un peu confus, si bien que l’histoire dans sa globalité laisse un effet de confusion et de frustration. Je trouve que le lecteur n’est pas assez guidé dans son exploration de Babel. Mais ça reste bien entendu mon avis ! Et puis ce livre fait partie du genre Young Adult, genre dont je m’éloigne au fil du temps. Sans doute est-ce aussi une des raison à ma déception.

Si vous l’avez lu aussi, je serais vraiment ravie d’avoir vos avis !!

Je vous laisse avec d’autres articles portant également sur Babel, afin que vous ayez un autre point de vue que le mien seul : la chronique et interview de Bookflix and Chill, celle de Au grenier de Gaëlle (des avis intéressants et très différents du mien), l’avis de Un océan de livre, qui me rassure un peu dans mes impressions, et enfin l’avis de Geek’n Book.

« Lorsque l’eau rongea les terres et noya plaines et collines sous l’écume et le sel, les hommes s’entre-déchirèrent dans un ultime conflit.

Puis, lorsque les belliqueuses – mais si légitimes – raisons qui avaient poussé au massacre ne trouvèrent plus aucun écho, lorsque les dernier hommes regardèrent avec effarement les corps qui recouvraient une terre qui ne voulait plus d’eux, l’instinct de survie se trouva soudainement une morale et un coeur. Et quelques personnes intelligentes tendirent une main généreuse à leurs pairs qui n’eurent d’autre choix que de l’accepter.

Ainsi unie dans un espoir qui ne devait sa force qu’à la peur de l’extinction, l’humanité fit preuve d’ouverture et de tolérance. Dans un immense effort, elle passa outre les animosités qui l’avaient toujours divisée et construisit Babel, la dernière grande cité des hommes. Ballottée par les éléments et face à un environnement hostile, Babel se développa. Babel la grande ! Notre cité à tous ! Rappelons-nous encore ce soit les désastres de la guerre et laissons le combat aux arènes ! »

Discours du souvenir du Grand Conseiller Fondateur Ernesto Morena lors du l’inauguration du premier tournoi Interzone de Light Game, année 2081.

Babel
ABK
Agence Sélène
Ce livre rentre dans le Challenge de l’Imaginaire organisé par Ma Lecturothèque

8 réflexions sur « Et pourquoi pas une dystopie en 2115 ? Babel, par ABK »

  1. C’est une lecture difficile à priori ! J’adore les dystopies, alors pourquoi pas. C’est vrai que l’objet livre est plutôt très joli ! J’ai l’impression qu’il y a un peu de tout dans ce roman, du bon à prendre et du moins bien. Ça laisse perplexe. 😋

    Aimé par 1 personne

    1. Souffleuse de mots 26/02/2020 — 15:42

      Oui j’ai trouvé ça très frustrant car les idées sont très bonnes, mais il a manqué d’un quelque chose, de précision, de descriptions… et de « prendre sont temps » de mon point de vue 😛
      Tu me diras si tu le lis, je serais trop curieuse de savoir ton avis !!! Mais je crois qu’il n’est plus disponible a la vente en ce moment et que ABK cherche un moyen de le transmettre aux lecteurs 🙊

      Aimé par 1 personne

      1. Ah mince, décidément que de problèmes ! L’histoire est trop précipitée tu veux dire ? 😋

        Aimé par 1 personne

      2. Souffleuse de mots 26/02/2020 — 16:15

        Oui carrément, la première partie est très bien, mais à partir de la moitié, je le suis retrouvée noyée dans des actions et révélations que je ne saisissais pas ! Du coup c’était très frustrant et je n’arrivais pas à m’immerger dedans !! 😭😭

        Aimé par 1 personne

      3. Je comprends, ma lecture actuelle c’est un peu ça aussi. Vraiment du mal à rentrer dans l’univers tellement c’est complexe. 😂
        Je compatis. Après parfois ce sont des lectures juste pas faites pour toi, et pour d’autres ça fonctionne.

        Aimé par 1 personne

      4. Souffleuse de mots 26/02/2020 — 17:31

        Exactement !! C’est tout à fait ça 👍🏻 Et heureusement, il en faut pour tous les goûts ! 🙂

        Aimé par 1 personne

  2. Je l’ai commencé quand il est sorti en ebook mais j’ai pas du tout aimé pourtant cela avait été super bien vendu et j’attendais avec impatience sa sortie. Je crois que je ne n’ai même plus le livre !

    Aimé par 1 personne

    1. Souffleuse de mots 28/02/2020 — 23:52

      Ton avis me rassure !! Il y a beaucoup d’avis positifs et j’avais peur qu’un truc m’ai échappé… Après les goûts les couleurs, tout ça varie en fonction des gens ! 🙂 On trouvera notre bonheur ailleurs 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close