Le portrait de Dorian Gray : parlons de fascination…

Que dites-vous d’une petite musique pour vous mettre dans l’ambiance de ce livre ? J’espère que vous aimez le classique… Rien que pour vous. (Titre cité dans le livre)

Le portrait de Dorian Gray (VO : The Picture of Dorian Gray)

Par Oscar Wilde

Aux éditions Pocket Classiques, 1981 (édition originale : 1890)

Traduit de l’anglais par Michel Étienne (puis revu par Daniel Mortier)

Genre/thèmes : Classique, fantastique / Art, vie, peinture, réflexion, crimes, société, fantastique

À propos de l’auteur et de l’oeuvre

On attribue très souvent Le portrait de Dorian Gray à une sorte de récit de vie de son auteur, Oscar Wilde. Ce dernier a vécu pendant le XIXe siècle et sa haute société londonienne, en se construisant une réputation de maître de l’esthétique. Il est à la fois dramaturge, écrivain, poète… Il se fait emprisonner deux ans pour avoir affiché son homosexualité en public et meurt quelques années après sa sortie de prison.

Le livre est publié en 1890, suite un challenge lancé avec Arthur Conan Doyle (l’auteur de Sherlock Holmes, s’il vous plaît !), qui lui mettait au défi d’écrire un meilleur roman que lui dans un temps imparti… Il est censuré à sa sortie car présentait un caractère immoral et « pervers ». Aujourd’hui, son succès est indéniable et il fait partie des chefs d’oeuvre de la littérature classique.

CEPENDANT je viens de me rendre compte que l’édition que j’ai lue (pourtant publiée chez Pocket éditions…) n’est pas INTÉGRALE, puisqu’elle ne traite pas de certains sujets (homosexualité, au revoir…)

De quoi ça parle ?

Je prends volontairement le parti de ne pas vous copier-coller le résumé et de plutôt vous en parler moi-même.

Ce livre présente l’existence d’un jeune homme exceptionnellement beau : Dorian Gray. Il inspire la fascination tout autour de lui, et un jour, un ami peint son portrait pour le lui offrir. C’est par ce tableau (et un certain Lord Henry…) qu’il prend conscience de sa beauté, et fait le vœu de ne jamais vieillir, tandis que le portrait cueillerait ses rides. C’est ce qui se passe, par un enchantement (vraiment ?) magique, qui va venir figer la jeunesse et la beauté du garçon. Commence alors pour lui une vie de débauche, à la recherche de cherche l’équilibre entre son corps et son esprit. Ses états d’âme et sa vieillesse se voient représentés sur son portrait ; ainsi il cède à tous ses désirs et ne se refuse rien, jusqu’à ce que…

Je n’en dis pas plus !

TITRE

Il est difficile de parler d’un classique de la littérature, d’un chef d’oeuvre, alors je vais tenter d’être assez brève et précise ! 🙂

Je ne dis jamais à personne le nom des gens que j’aime infiniment. Je croirais livrer une partie d’eux-même. J’en suis venu à aimer le secret. Lui seul rend la vie moderne merveilleuse ou mystérieuse. La chose la plus quelconque devient délicieuse pourvu seulement qu’on la cache.

LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY
OSCAR WILDE
ÉDITIONS POCKET, P.24

De ce roman j’ai adoré l’écriture, j’ai adoré les personnages (dans leur construction) et de nombreuses citations que j’ai recopiées dans mon petit carnet… On a une véritable réflexion sur la société londonienne du XIXe siècle, sur l’art et son rôle, son essence, mais aussi sur la beauté, la jeunesse et leur importance, le rapport entre le corps et l’esprit. Sans oublier cette réflexion sur la femme, son rôle et la vision qu’on avait d’elle à l’époque, ainsi que du mariage…

Suivre les aventures de Dorian Gray est une expérience tout à fait fascinante, mais c’est surtout suivre son évolution qui fait tout le charme de la lecture. Ce portrait qui joue un rôle capitale dans la recherche de son identité et sa construction en tant qu’être, ces rencontres qui le forgent et le font réfléchir (certaines plus que d’autres…)

Dorian Gray est un personnage à la fois tout à fait fascinant et monstrueux. Comme quoi…

Si nous nous plaisons à penser tant de bien des autres, c’est que nous tremblons pour nous-même. Le fondement de l’optimisme, c’est la terreur.

Le portrait de Dorian Gray
Oscar Wilde
Éditions Pocket, p.105

Avoir affaire à toutes ces réflexions sur la vie, la société, les gens, le fondement d’un être, m’a déstabilisée au premier abord, puisque je me considère comme étant assez ignorante quant au domaine de la psychologie et, étant naïve, j’avais ainsi peur de prendre pour véridique tout ce qu’affirmait ce sacré Lord Henry. Cependant, ma propre expérience m’a permis d’avoir un certain œil sur ce qu’il disait, et, à défaut d’être fascinée pour ce personnage,à l’instar Dorian Gray, il m’a au moins amenée à réfléchir.

Est-ce que ce livre peut-être considéré comme fantastique ?

Je me suis beaucoup posé la question ; sur la plupart des analyses du livre sur lesquelles je suis tombée, tout l’aspect fantastique ne ressort pas forcément, du bien que je me suis demandé s’il appartenait réellement au genre…

Pour ma part, je le placerais bien dans ce genre-là, en plus d’être un roman philosophique. Je veux dire… Même si l’aspect « vivant » du tableau peut relever d’une évolution identitaire (je me suis maintes fois demandé si cet aspect vivant du tableau n’était pas simplement du à son imagination…), mais un certain passage (je ne dirais pas lequel, bien sûr ♥) m’a fait comprendre que ce n’était pas vraiment du à l’imagination de Dorian (ou alors ce serait également l’imagination de celui qui découvre…?), mais que cette « vie » que prenait le tableau était bien réelle. Par définition, le fantastique se traduit par des éléments « magiques », « surnaturels », du moins qui sortent de toute explication scientifique et rationnelles, que les personnages (et le monde en général dans lequel ils vivent) ne peuvent pas expliquer, ne comprennent pas. C’est exactement ce qui se passe ici. Pour ça, je placerai Le Portrait de Dorian Gray dans la catégories des romans classique, mais surtout fantastique, même s’il est plus souvent vu comme un livre philosophique avant tout.

D’ailleurs, dans cette histoire, ce personnage, on y voit un écho à un certain mythe… Je vous laisse découvrir lequel !

Le riche parfum des roses emplissait l’atelier, le souffle d’une brise d’été légère apportait du jardin, par la porte ouverte, tour à tour la senteur lourde des lilas, l’odeur plus délicate des aubépines en fleur.

Allongé sur les coussins de cuir persan du sofa, Lord Henry Wottom, tout en fumant, selon son habitude, d’innombrable cigarettes, pouvait apercevoir la floraison dorée d’un cytise dont les rameaux tremblants semblaient à peine assez robustes pour soutenir le poids de leur étincelante beauté.

Le Portrait de Dorian Gray
Oscar Wilde
Éditions Pocket classiques (p.21)

Je me rends compte maintenant à quel point ces premières phrases sont pleines de sens… Allez voir un peu ce qu’est un cytise sur Internet.

Le livre rentre dans le Challenge de l’imaginaire organisé par Ma Lecturothèque

8 réflexions sur « Le portrait de Dorian Gray : parlons de fascination… »

  1. Je n’ai jamais eu l’occasion de le lire mais on en avait beaucoup parlé en cours. Ton article me donne envie d’aller le lire, d’autant plus que j’aime beaucoup Oscar Wilde. Ce n’est peut-être pas facile de parler d’un classique mais tu l’as très bien fait 😉

    J'aime

    1. Take me to Ketterdam 02/04/2020 — 11:03

      Merci à toi Manon !! C’est un très bon classique, j’ai trouvé l’écriture accessible et très intrigante… Ce livre amène vraiment à réfléchir, je ne peux que t’amener à aller vers lui ! 🙂 Tu me diras si tu le lis un jour ! 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Tu as très bien transmis cette aura intrigante au travers de ton article, je vais le mettre dans ma liste d’envie. Pour sûr, je le lirai un jour prochain 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Take me to Ketterdam 03/04/2020 — 13:28

        Merci beaucoup ! 😁🙆🏼‍♀️ Je guetterai ton avis dessus 🙂

        Aimé par 1 personne

  2. Je trouve ça aussi génial qu’effrayant de voir à quel point ce live est actuel ! Il n’y aurait qu’à remplacer le tableau par un selfie et on y serait ^^’ Très beau livre dont tu parles admirablement ! 🙂

    J'aime

    1. Take me to Ketterdam 02/04/2020 — 11:02

      Oui je suis tout à fait d’accord !! Merci pour ce compliment, c’est super dur de parler d’un classique (je trouve) car il a déjà une « réputation » et des grandes lignes que j’avais peur de passer à côté. Il y a énormément d’avis récents sur Babelio, c’est fascinant de voir que ce classique plaît toujours autant et suscite tant d’attention ! Merci pour ton commentaire 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Quel bel article intéressant ! J’ai super hâte de lire ce roman (que j’envisage de découvrir en VO, nous verrons bien), depuis que j’ai lu Le fantôme de Canterville que j’ai adoré, de Wilde. La description que tu en fais m’intrigue et me donne envie!

    Aimé par 1 personne

    1. Take me to Ketterdam 03/04/2020 — 21:47

      Je suis super contente alors, s’il te donne envie !! 🙏🏻 Il est vraiment intéressant, et je pense qu’en anglais c’est le mieux, je préfère découvrir les auteurs et leurs textes en langue originale mais je n’ai pas encore un niveau assez bien en anglais pour me lancer vraiment… Mais je pense que tu vas t’éclater sur Wilde 🥰 Tu me diras si tu te lance dedans ! 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close