Comment ouvrir les yeux sur la beauté de la Terre (Le Culte de Mars)

Le Culte de Mars

Par Mobidic (dessin, scénario, couleur)

Aux éditions Delcourt (mars 2020)

Résumé :

Lorsque les ressources de la Terre furent épuisées, les plus riches partirent les premiers vers Mars pour la modeler à leurs besoins. Ceux qui sont restés attendirent toute leur vie qu’on vienne les chercher.

Le temps a passé. La vie sur Terre a reprit ses droits. Les descendants des derniers survivants n’ont pas oublié… Hantés par le souvenir collectif de cet abandon, ils ont attendu, espéré, prié, génération après génération. Convaincus que Mars est le paradis, et qu’ils ont été oubliés en enfer…

Le Culte de Mars, Mobidic, éditions Delcourt (mars 2020)

C’est une de mes premières BD ; je ne lis habituellement que des romans… Mais dans mon stage en librairie/édition, une de mes missions consiste à lire des BD pour en faire des petits avis, qui seront présentés sur la BD expoxée. (Et mine de rien, dur dur de faire un petit message convainquant et mystérieux en quelques lignes seulement !!) Voici donc la première BD de cette mission : Le Culte de Mars, arrivée il y a quelques jours seulement en librairie.

Un beau coup de crayon

Indéniablement, c’est un bel album. J’ai vraiment aimé lire cette bande-dessinée et les images, couleurs, traits fins, réguliers et gracieux que nous offre Mobidic sont vraiment agréables. C’est le genre de dessin que j’apprécie particulièrement, et certaines doubles-pages sont entièrement remplies en mode « panorama », ce qui apporte encore plus d’appréciation à l’album.

Ce fameux combat riches/pauvres…

Dans cette histoire, les riches sont partis sur Mars fonder une nouvelle civilisation, ils sont les « privilégiés » tandis que les pauvres, eux, sont restés à l’arrière. J’ai aimé retrouver cette thématique, ne voir traitée que dans cet album la vie des « pauvres » (entre guillemets, car ils ne sont plus les pauvres d’antan, d’autant plus que les riches ne sont plus là pour les rendre officiellement pauvres…) J’ai aimé voir cet aspect de la richesse traité, ce combat permanent, car finalement, tandis que les riches sont partis vivre ailleurs, les pauvres sont obnubilés par leur sort et se croient les perdants dans l’histoire, alors que

La Terre : espoir et de prise de conscience…

J’ai beaucoup aimé le message de cet album. Peu importe où sont les riches actuellement, l’autre partie de la population est restée sur Terre et la nature a reprit ses droits dans une ambiance post-apo atténuée, ils vivent très bien, mais ne s’en rendent pas compte. La nature est belle autour d’eux, elle se reconstruit, est florissante, et ils ont indéniablement besoin que quelqu’un leur le montre… C’est là que notre personnage principal entre en jeu.

Je n’en dis pas plus ! ♥

Vous l’avez lu ? Si non, il vous fait envie ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close