Anne With An E, pourquoi j’ai adoré cette série : les plus et les moins

Anne With An « E »

Réalisé par Moira Walley-Beckett

Avec Amybeth McNulthy, Geraldine James, R.H. Thompson, Lucas Jade Zumann

Série dramatique canadienne diffusée entre mars 2017 et novembre 2019 ; 3 saisons, 27 épisodes

Anne With An « E », de quoi ça parle ?

Anne est une jeune fille aux cheveux roux tressés qui possède une poésie débordante de sensibilité. Orpheline depuis sa naissance, elle cumule les familles dans lesquelles elle se fait maltraiter ou martyriser, mais rêve toujours de trouver le foyer idéal. Quand un jour à l’orphelinat on lui annonce qu’une nouvelle famille a demandé à l’avoir, elle s’apprête à partir, sans savoir que cette nouvelle famille qui la demande voulait en réalité un garçon pour les aider à la ferme… Il faut donc la ramener, en larmes, à l’orphelinat, lieu de tous ses pires cauchemars. Mais Anne n’est pas prête d’abandonner et, en chemin, joue de son charme naturelle pour faire changer d’avis sa nouvelle famille…

Voilà le spitch, du moins celui du premier épisode. Car s’ensuit toute une myriade d’aventures rocambolesques, dramatiques, romantiques, autour de cette jeune fille poétique.

Ce qui m’a charmé :

→ Je ne vous le cache pas : les personnages. Autant les acteurs et leur jeu que les personnages de la série en eux-mêmes.

Les acteurs parce qu’ils sont incroyables. Amybeth McNulthy est incroyable et parvient à incarner avec brio cette jeune Anne super émotive et hypersensible au caractère bien trempé, et le personnage qui en ressort est très, très, très singulier et attachant. Et puis je salue aussi R.H. Thompson, qui a joué un Matthew très crédible, attachant lui-aussi, ce personnage très cachotier mais sensible à tout ce qui l’entoure, et très aimant envers Anne… Et puis je dois parler de Gilbert, que j’ai adoré, que j’ai aimé comme une enfant aime son premier garçon, le jeune homme parfait dont toutes les petites filles rêves (ils sont jeunes, entre treize et seize ans), séduisant à souhait.

Et puis toutes cette myriade de personnages secondaires, avec la douce, la belle Diana, tourmentée par le souhait de sa famille de la voir sous un certain idéal qu’elle ne partage pas, Cole l’artiste, oui l’artiste sensible, loyal, si attachant et tendre… Et mon petit Jerry, jeune fermier français recruté par la famille d’Anne pour les aider à la ferme, et que j’ai ADORÉ, littéralement, par sa gentillesse et son dévouement, son humour, son aspect étranger mystérieux (j’ai adoré ces quelques mots de français prononcés par-ci par-là… ♥)

Je voulais rajouter aussi un commentaire sur ce professeur, Mr. Phillips, que j’ai haï au plus haut point, au plus profond de mon être.

→ Deuxièmement : les thématiques abordées dans cette série.

Il y en a ! On passe du harcèlement scolaire au mariage, de l’intégration des noirs dans la société du XIXe à celle des Indiens, de l’acceptation de soi-même, de la différence en matière d’orientation sexuelle, de projet de vie, de point de vue sur la société, la femme, la censure, et j’en passe. Vraiment, Anne n’est pas épargnée et nous en fait voir de toutes les couleurs.

→ Troisièmement : l’atmosphère de la série.

En plus des couleurs automnales, de la petite ville de Charlettown, des forêts, de l’école isolée et de la campagne, la série Anne With An « E » baigne dans une atmosphère hors du temps, où la poésie nait de feuilles qui tombent, de pommes de pins et de neige et où les soucis semblent faciles à régler, bien qu’ils soient (ou aient été) bien réels. J’ai adoré parcourir des lieux et des lieux avec Anne, découvrir avec elle la beauté du monde, des papillons, des mots, de la branche d’un arbre qui se dérobe au vent, d’un renard qui passe par là ou encore de la puissante mer au loin… Anne est un personnage très poétique et romantique, qui voit la beauté partout et qui fait ouvrir sur elle les yeux de ceux qui l’entourent…

Poétique, c’est le mot qui définit cette série.

→ Et dernièrement : l’émotion.

Parce que ce qui m’a tenu pendant tout le long de cette série, pendant ces 27 épisodes, c’est bien l’émotion. AVEC UN GRAND E. Il n’y a pas un seul épisode pendant lequel je n’ai pas eu les larmes aux yeux ou été émue. CETTE SÉRIE ME TOUCHE TELLEMENT je pourrais la regarder à nouveau en connaissant toute l’histoire que j’en aurais toujours les larmes aux yeux. Mais vraiment, un truc incontrôlable. Je me suis retrouvée pendant des épisodes entiers à pleurer (Oh, Mary, douce Mary…) en maudissant la sensibilité des images et des personnages.

En fait, quand je voyais Anne pleurer, de joie ou de tristesse, je pleurais aussi. C’est aussi simple que ça ! Un truc incontrôlable, je vous dis.

Cependant, quelques déceptions parfois :

→ Parfois quelques clichés, surtout concernant Billy, le petit garçon un peu trop fier de lui, un peu trop confiant, un peu trop avenant… son comportement me faisait parfois rouler des yeux car trop de méchanceté un peu trop gratuite. Il en va de même pour le professeur Phillips, et certains personnages à certains moments.

→ Parfois des intrigues un peu loufoques, qui n’avaient pas vraiment d’intérêt (l’or ?), et que j’ai trouvées un peu inutiles. J’avais parfois l’impression que des intrigues et mystères venaient s’ajouter comme ça, sans prévenir et sans réel objectif, et qui se terminaient parfois sans vraiment être résolus ou conclus (Billy envers Josie ?, Jerry et sa belle princesse ??, les indiens ??? j’essaie de rester floue, mais ceux qui on vu la série sauront de quoi/qui je parle…)

(→ ATTENTION SPOILER, ne lisez que si vous avez vu la série : Surtout concernant cette fin, que va-t-il advenir des indiens ??? Vont-ils récupérer leur fille ? L’intrigue est laissé en plan, complètement, comme si on n’avait pas su comment la finir… et Anne et Gilbert ? On ne pourra même pas apprécier leur couple… Sans parler de ce qu’elle découvre sur ses parents, ou même la relation un peu plus distancielle que devront gérer les avec Anne… Et puis Anne entre quand même à l’école, elle quitte sa campagne, comment va-t-elle réagir et s’intégrer dans tout ça ??)

Tout ceci me laisse un goût très amer d’inachevé. Cependant, j’apprécie que la série ne continue pas inlassablement pour l’argent qu’elle rapporte, jusqu’à devenir sans intérêt, mais je trouve qu’elle est achevée dans la précipitation et je suis frustrée de cette fin.

En bref :

Anne With An « E » est une série que je recommande plus que chaudement, pour celles et ceux qui aiment la poésie, la sensibilité, la vie d’avant à la campagne, les intrigues de la vie de tous les jours… Elle déborde d’amour et de poésie, avec des acteurs incroyables et de bonnes idées de thématiques, bien qu’elles soient parfois alignées les unes après les autres en créant un très léger effet d’enchaînement qui manque de naturel.

Bienvenue dans le monde de Anne, soyez prêts à découvrir la nature, les mots et les sentiments humains sous leurs plus beaux aspects.

1 réflexion sur « Anne With An E, pourquoi j’ai adoré cette série : les plus et les moins »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close